Rapport de la séance de sensibilisation en faveur des peuples autochtones pygmées du territoire de kabare au sud-kivu

Projet de préparation des peuples autochtones à participer au processus électoral en RDC.

Ce 11 février 2017 dans la salle TONDE TONDE à Kavumu.

 

I.INTRODUCTION

Dans le cadre de l’accompagnement de la population autochtone pygmée à participer de manière responsable au processus électoral en cours en RDC, l’UEFA entreprend une série de séances de sensibilisation en faveur des pygmées des provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu avec comme objectif de les informer sur le cadre légal des élections, sur la loi portant identification et enrôlement et répondre ensemble à la trilogie qui voter, comment voter et pourquoi voter. Partant de l’étape où nous en sommes actuellement, un accent particulier a été mis sur l’opération d’identification et d’enrôlement. Nous avons d’abord demandé le nombre de personnes qui ne se sont pas fait encore enrôler. La photo ci-après montre une estimation de non enrôlés présents dans la salle.

 

II. EXPRESSION DE QUELQUES PREOCCUPATIONS DES PARTICIPANTS EN RAPPORT AVEC LES ELECTIONS EN  RDC

  •   Est-ce qu’un pygmée peut être élu en RDC à l’instar d’autres  Congolais ?
  •  Si la RDC prône la démocratie, pourquoi continue-t-on à bafouer les droits des pygmées dans notre pays ? N’est pas une véritable discrimination à notre égard ?
  • Faut-il affirmer que les peuples pygmées manquent de capacité et de bon sens pour diriger comme le font les membres d’autres communautés ?
  •  Pourquoi ne pas rendre disponibles  des fonds de campagne électorale pour les leaders pygmées ayant des ambitions politiques ?
  • Qu’est-ce que l’UEFA envisage dans l’accompagnement des candidatures des femmes pygmées qui veulent s’engager dans l’action politique ?

Toutes ces questions ont été un bon tremplin pour lancer le débat sur la question électorale. Dans le déroulement de la séance, nous avons essayé  de trouver des réponses à ces préoccupations. Mais une participante M’NTAVUNA a précisé que le projet d’accompagnement des leaders pygmées constitue un souci pour l’UEFA mais la situation d’instabilité en matière électorale en RDC ne lui a pas permis de concrétiser le rêve de Madame Adolphine d’accompagner les candidatures  des femmes leaders pygmées.

III.DEROULEMENT DE LA SEANCE

Tout au long de la séance, nous allons conduire les échanges à base des questions ci-après :

3.1.Quels peuvent être les obstacles à la participation des PA  aux élections ?

-L’analphabétisme ;

-L’ignorance ;

-Le manque d’information ;

-L’exclusion et la marginalisation ;

-La faible sensibilisation des peuples autochtones sur le processus électoral ;

-L’enclavement de certains villages PA ;

-Le désintéressement des PA à la question politique ;

-L’abstention à participer au vote car absorbés par les activités journalières de survie.

3.2.Pourquoi voter pour le PA est un droit, un devoir et une responsabilité ?

3.2.1.Comme citoyens de la RDC :

-L’égalité de tous les citoyens devant la loi : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ;

-Tous les citoyens ont les mêmes droits et les mêmes devoirs ;

-Sont électeurs et éligibles, dans les conditions déterminées par la loi, tous les Congolais de deux sexes, âgés de dix-huit ans révolus et jouissant de leurs droits civils et politiques ;

-Tout Congolais jouissant de ses droits civils et politiques a le droit de créer un parti politique ou de s’affilier à un parti de son choix.

-Aucun Congolais ne peut, en matière d’éducation et d’accès aux fonctions publiques ni en aucune autre matière, faire l’objet d’une mesure discriminatoire en raison de son appartenance ethnique ou de son appartenance à une minorité ;

-Toute personne a droit à la liberté d’expression ;

-Toute personne a droit à l’information.

3.2.2.Ce que disent les instruments juridiques internationaux (Déclaration et PICP);

–          Les peuples autochtones ont le droit, à titre collectif ou individuel, de jouir pleinement de l’ensemble des droits de l’homme et des  libertés fondamentales reconnus par la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme et le droit international relatif aux droits de l’homme (Art premier);

–          Les autochtones, peuples et individus, sont libres et égaux à tous les autres et ont le droit de ne faire l’objet, dans l’exercice de leurs droits, d’aucune forme de discrimination fondée, en particulier, sur leur origine ou leur identité autochtone

–          Tout autochtone a droit à une nationalité ;

–          Les peuples autochtones ont le droit de participer à la prise de décisions sur des questions qui peuvent concerner leurs droits ;

–          Tout citoyen a le droit et la possibilité, sans aucune des discriminations visées à l’article 2 et sans restrictions déraisonnables: (Art 25 PICP)

a)       De prendre part à la direction des affaires publiques, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis;

b)       De voter et d’être élu, au cours d’élections périodiques, honnêtes, au suffrage universel et égal et au scrutin secret, assurant l’expression libre de la volonté des électeurs;

c)       D’accéder, dans des conditions générales d’égalité, aux fonctions publiques de son pays

3.2.3.      Autres raisons de « Pourquoi voter?

–          L’action de voter met le citoyen en contact avec le processus politique ;

–          Voter lie les uns aux autres en tant que citoyens et citoyennes ;

–          Voter sert à protéger nos libertés : les citoyens doivent considérer le processus comme un devoir et une responsabilité ;

–          La participation de l’ensemble des citoyens est importante dans une démocratie ;

–          Une personne qui ne s’intéresse pas à la politique de son pays passe pour un citoyen inutile ;

–          La participation aux élections n’est pas un luxe mais la survie de notre démocratie en dépend ;

–          Le vote est l’acte de citoyenneté par excellence, c’est le moyen de faire fonctionner notre démocratie ;

–          Voter nous donne encore la possibilité de choisir nos dirigeants ;

–          Ne pas voter, c’est laisser les autres décider pour nous ;

–          Voter est un droit mais aussi un devoir civique ;

–          Ne laissez pas les autres décider à votre place ;

–          Devenez acteur et non spectateur dans votre pays ;

–          Votre nouvelle carte vous protège et vous garantit une circulation libre ;

–          Le vote est une façon d’exprimer ses opinions en faisant un libre choix de ses dirigeants partant des programmes qu’ils nous proposent ;

–          Le vote protège la démocratie ;

–          Ne pas voter met la démocratie en danger.

3.2.4.      Quels sont les avantages de participation des peuples autochtones à la sensibilisation électorale ?

–          Le droit de participer à la vie d’une société démocratique ;

–          Eviter le moment venu de tomber sur beaucoup de bulletins nuls dans les contrées où vivent les peuples autochtones lors du dépouillement des élections ;

–          Disposer d’une carte d’électeur tenant lieu présentement de carte d’identité en RDC ;

–          Accéder à la bonne information sur le déroulement du processus électoral et se comporter en conséquence ;

–          Savoir quand, comment et où se faire inscrire et où voter.

3.2.5.      Vulgarisation de la loi portant identification et enrôlement

A l’aide d’un jeu de questions-réponses, nous avons ainsi résumé cette loi :

1.      Qu’est-ce que la révision du fichier électoral ?

La révision du fichier électoral est une mise à jour de listes électorales, c’est-à-dire un  ensemble d’opérations qui permettent à la CENI de (d’):

–          actualiser les informations des électeurs (photo, identité, adresse) ;

–          intégrer dans les listes électorales les citoyens qui n’étaient pas électeurs ;

–          soustraire du fichier électoral des électeurs décédés ou qui ont perdu la qualité d’électeur.

La Révision du Fichier Electoral permettra à chaque électeur de recevoir sa nouvelle carte d’électeur.

2.      Qui révise le fichier électoral ?

Le fichier électoral est révisé par la Commission Electorale Nationale  Indépendante (CENI), Institution habilité à le faire par la Constitution, la loi portant identification et enrôlement des électeurs en République Démocratique du Congo et la loi organique de la CENI.

3.      Où va se dérouler l’opération de révision du fichier électoral ?

L’opération de révision du fichier électoral se déroule dans les Centres d’inscription situés dans le groupement en milieu rural et dans la commune en milieu urbain.

4.      C’est quoi le Centre d’inscription ?

Le Centre d’Inscription (CI) est le lieu indiqué pour recevoir les électeurs en vue de leur identification et enrôlement. Il délivre la carte d’électeur.

Pour des raisons de sécurité, le Centre d’Inscription  comprend, outre le local, le périmètre de 5 m de sécurité qui l’entoure.

5.      Où sont implantés les Centres d’inscription ?

Les Centres d’Inscription sont installés dans les écoles ainsi que les autres lieux publics ou privés connus de la population, réquisitionnés ou mis gratuitement à la disposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante pendant toute la durée des opérations.

En cas d’absence de bâtiment, le CI sera aménagé à l’aide des matériaux locaux disponibles ou des tentes dans un endroit propice pour accueillir les requérants.

6.      Comment obtenir la nouvelle carte d’électeur ?

C’est facile !!! Il suffit de vous rendre au Centre d’inscription de la CENI le plus proche de votre habitation à l’intérieur de votre commune ou de votre groupement de résidence, munie d’une pièce d’identité ou tout autre document officiel autorisé.

7.      Peut-on installer des Centres d’inscription des électeurs dans les camps militaires ?

Non !!! Aucun Centre d’Inscription ne peut être installé dans :

–       les lieux des cultes ;

–       les quartiers généraux des partis politiques, des syndicats et des Organisations non Gouvernementales ;

–       les débits de boissons ;

–       les postes de police ;

–       les camps militaires ;

–       les académies et écoles militaires.

8.      Quels sont les jours et  heures d’ouverture des centres d’inscription ?

Les Centres d’Inscription sont ouverts au public de mardi à dimanche, de 7 h00 du matin à 17 h00, heures locales. Le lundi ils sont fermés au public. Toutefois, les Centres d’Inscription peuvent être ouverts le lundi au public dans des cas exceptionnels pour :

–       continuer à recevoir les requérants en provenance des milieux éloignés et présents sur les lieux la veille;

–       récupérer un retard dû à une cause quelconque (panne technique, incident, intempéries…).

Exceptionnellement, le CI sera ouvert le 1er lundi au cas où l’ouverture officielle interviendrait un dimanche.

9.      Quelle est la composition d’un Centre d’inscription ?

Le Centre d’Inscription est composé d’au moins de quatre membres :

–       Un Président de Centre d’Inscription (PCI);

–       Un Préposé à l’Identification (PI);

–       Un Préposé Polyvalent (PP) ;

–       Un Opérateur de saisie (OPS) par Kit d’enrôlement.

1.0.  Quel est le rôle de chaque membre du Centre d’inscription ?

–       Le Président du Centre d’Inscription est chargé de la gestion technique et administrative du Centre d’inscription (CI). Il signe et remet la Carte d’électeur à chaque électeur enrôlé ;

–       Le Préposé à l’Identification est chargé de l’accueil et de l’identification des électeurs;

–       Le Préposé Polyvalent est chargé de gérer la file d’attente et d’appuyer le PI ou l’OPS, le cas échéant ;

–       L’Opérateur de Saisie est chargé de l’enrôlement des électeurs et de l’impression des cartes d’électeur.

1.1.  Qui est concerné par l’opération de la révision du fichier électoral ?

La  Révision du Fichier Electoral concerne toute congolaise ou tout congolais vivant au pays ou à l’étranger, en âge légal et en droit de voter.

Il s’agit plus spécifiquement de :

·    Nouveaux majeurs (âgés de 18 ans révolus) ;

·    Majeurs non enrôlés en 2010-2011 ;

·    Tous les électeurs enrôlés en 2010-2011 ;

·    Congolais résidant à l’étranger ;

·    Non majeurs nés  au plus tard le 31 décembre 2000.

Pour cette catégorie d’électeurs, la mention « majeur en 2017 » ou « majeur en 2018 » sera reprise sur la carte d’électeur.

1.2.  Qui n’est pas concerné par l’opération de la  révision du fichier électoral ?

Les personnes non concernées par la révision du fichier électoral sont :

Les personnes frappées d’une incapacité mentale totale médicalement prouvée ;
Les personnes privées, par décision judiciaire irrévocable, de leurs droits civil et politique ;
Les militaires et policiers en activité.
1.3.  Quelles sont les pièces à présenter pour participer à l’opération de la  révision du fichier électoral ?

Les congolais résidant au pays doivent présenter l’une  des pièces ci-après:

–     L’acte de naissance, sa copie certifiée conforme, son extrait ou l’acte  de notoriété supplétif homologué par la juridiction compétente;

–     Le certificat de nationalité ou l’attestation en tenant lieu;

–     La carte d’électeur 2010-2011 délivrée par la CENI ;

–     Le passeport congolais en cours de validité ;

–     Le permis de conduire national en cours de validité ;

–     La carte d’étudiant ou d’élève en cours de validité ;

–     L’ordonnance du Président de la République conférant la nationalité par naturalisation ;

–     Le livret de pension congolais délivré par l’Organisme public ayant la sécurité sociale dans ses attributions.

1.4.  Quelles sont les pièces que le Congolais résidant à l’étranger doit présenter au Centre d’inscription ?

Le congolais résidant à l’étranger présente l’une ou l’autre des pièces suivantes :

–          Un passeport congolais en cours de validité ;

–          Une carte consulaire.

Chacune des pièces énumérées ci-dessus est présentée cumulativement avec soit, une carte ou une attestation de résidence justifiant la régularité de résidence, soit une carte de séjour en cours de validité.

1.5.  Que doit faire la personne qui n’a aucune de pièces demandées pour se faire enrôler ?

A défaut de l’une ou l’autre de ces pièces, est prise en considération la déclaration écrite faite par 3 personnes majeures déjà inscrites sur la liste des électeurs du même Centre d’Inscription. Ce témoignage est fait, à titre gratuit, en présence du préposé à l’identification, du chef de quartier ou du chef de village dans lequel se situe le centre d’inscription.

 

1.6.  Peut-on se faire enrôler dans n’importe quel centre d’inscription de son choix? »

NON !!! L’électeur doit se faire enrôler uniquement au centre d’inscription le plus proche du lieu où il habite à l’intérieur de sa commune ou de son groupement.

En effet, on vote là où on s’est fait enrôler !!!!!!!!!!!

1.7.  Peut-on s’inscrire par procuration sur la liste électorale ?

Non !!! L’inscription sur la liste électorale exige la présence  physique de l’électeur. Ceci permet la capture de ses empreintes digitales et la prise de sa photo pour l’impression de la nouvelle carte d’électeur.

1.8.  Quelles sont les informations à fournir par l’électeur au Centre d’Inscription ?

Avant d’aller au Centre d’inscription, toute personne doit avoir des informations sur son lieu et date de naissance, les noms de ses parents, son adresse de résidence, sa province, son territoire, son secteur ou chefferie, son groupement ou sa commune d’origine.

1.9.  Quels sont les documents que la personne qui a recouvré ses droits civils et politiques doit présenter?

La personne qui a recouvré ses droits civils et politiques doit présenter une décision définitive du juge.

2.0.  Quels  sont les documents qu’un  policier ou un militaire qui n’est plus en fonction doit présenter?

Le policier ou le militaire qui n’est plus en fonction doit présenter  un document officiel délivré par son autorité hiérarchique.

2.1.  Comment empêcher l’identification et l’enrôlement d’une personne qui ne remplit pas les conditions?

Les listes partielles journalières sont affichées le lendemain matin, avant l’ouverture du Centre d’Inscription (CI), dans un endroit protégé et accessible à tous (les murs extérieurs du CI, ou à défaut, un bâtiment public connu de tous à proximité du CI). Ces listes restent affichées pendant sept jours pour des besoins de réclamation. La liste des radiés est affichée chaque fois qu’il y en a eu.

Tout  électeur est prié et  encouragé de ne dénoncer toute personne qui s’est fait identifier et enrôler sur la liste des électeurs sans remplir les conditions.

2.2.  Combien coûte la nouvelle carte d’électeur ?

La nouvelle carte d’électeur est gratuite. Il en est de même de l’accès aux centres d’inscription ainsi que les services rendus par les agents préposés aussi bien à la sécurisation, à la facilitation de la file d’attente qu’aux opérations d’enrôlement proprement dites.

2.3.  Que faire en cas de perte de la nouvelle carte d’électeur pendant la période d’enrôlement des électeurs?

Chaque électeur doit bien garder sa carte d’électeur.

En cas de perte constatée de la nouvelle carte d’électeur délivrée au cours de la révision du fichier électoral, l’électeur, muni d’un procès-verbal de perte de la carte d’électeur délivré par un officier de Police judiciaire (OPJ), se rend au Centre d’inscription (CI) ayant délivré la carte originale et s’adresse au Président du Centre d’Inscription (PCI).

2.4.  Que faire en cas de la perte de la nouvelle carte d’électeur après les opérations de révision du fichier électoral ?

En cas de perte de la nouvelle carte d’électeur après l’opération de la Révision du Fichier Électoral, l’électeur s’adresse à l’Antenne de la CENI du ressort de son Centre d’Inscription pour solliciter un duplicata.

2.5.  Un électeur peut-il se faire enrôler plus d’une fois ?

Non !!! L’inscription volontaire multiple constitue une infraction.

L’article 45 de la Loi portant identification et enrôlement des électeurs stipule : ” Est punie pour faux en écriture, conformément au Code pénal congolais, et déchue de ses droits de vote et d’éligibilité pour une durée de six ans” :

–          Toute personne qui se fait inscrire volontairement plus d’une fois.

La loi précise que dans le cas d’une personne qui se fait inscrire plus d’une fois, seule la dernière inscription est prise en compte.

2.6.  La carte d’électeur obtenue en 2010-2011 sera-t-elle valable après la révision du fichier électoral ?

Non !!! Apres la révision du fichier électoral, seule la nouvelle carte d’électeur sera valable. La Carte d’électeur obtenue en 2010-2011 tombe caduque.

2.7.  Quelles sont les mesures prises par la CENI pour faciliter l’entrée des électeurs dans les centres d’inscription ?

Chaque jour, à l’ouverture, le Président du Centre d’Inscription (PCI) distribue gratuitement les jetons  aux  électeurs déjà dans la file d’attente, en leur remettant le numéro correspondant à leur ordre d’arrivée. Il tient compte de la capacité d’absorption du CI.

Après la distribution de jetons, les électeurs qui arrivent au Centre d’Inscription se mettent dans une deuxième rangée distincte de celle des porteurs de jetons. Le Préposé à l’Identification  appelle les numéros des jetons distribués, par ordre croissant; Il reçoit par ordre, les porteurs des numéros appelés présents au Centre d’Inscription.

2.8.  Qu’en est-il du requérant ayant reçu un jeton qui arrive en retard ?

Si un électeur ayant reçu un jeton arrive en retard alors qu’on a déjà dépassé son numéro, il prend rang après le dernier numéro distribué. En conséquence, le Président du Centre d’Inscription lui reprend l’ancien jeton en sa possession et lui remet un nouveau portant le numéro suivant le dernier distribué. L’ancien jeton ne donne pas à son porteur préséance sur les autres en cas d’absence.

2.9.  Qu’est -ce que la révision du fichier électoral peut apporter aux femmes ?

Les femmes représentent plus de 52% de la population congolaise. Plus les femmes sont nombreuses à prendre part à la révision du fichier électoral, plus leur influence sera grande au moment du vote.

3.0.  Les membres des familles des policiers ou des militaires en fonction sont- ils concernés par la révision du fichier électoral ?

Oui. Les membres des familles des policiers ou des militaires en âge légal et en droit de voter sont concernés par la révision du fichier électoral.

3.1.  Quel est le rôle des forces de l’ordre dans les Centres d’inscription ?

Leur rôle est d’assurer l’ordre et la sécurité autour du centre d’inscription pendant les opérations de révision du fichier électoral.

3.2.  Comment est assurée la transparence de la révision du fichier électoral dans les centres d’inscription ?

La transparence est assurée par la présence dans les Centres d’Inscription des témoins de partis et regroupements politiques

, d’observateurs nationaux et internationaux, des journalistes nationaux et internationaux accrédités par la CENI.

3.3.  Comment faire radier une personne décédée de la liste électorale ?

Pour faire rayer un électeur décédé de la liste électorale, le demandeur se présente au Centre d’Inscription, justifie son lien de parenté avec le décédé et présente l’un des documents suivants : le certificat de décès, le permis d’inhumation et éventuellement sa carte d’électeur. A défaut des documents, le témoignage requis de trois personnes parmi lesquelles le chef du village ou du quartier et deux membres de la famille du défunt.

3.4.     Quelles sont les procédures de fermeture définitive des Centres d’Inscription ?

La fermeture définitive a lieu le dernier jour prévu pour les opérations de révision du fichier électoral. Deux cas de figure peuvent se présenter :

1er cas : Si tous les électeurs (détenteurs de jetons ou non) qui se sont présentés avant 17 heures ont été enrôlés, le CI ferme définitivement ses portes au public.

2ème cas : A la fin du dernier jour prévu pour les opérations, s’il y a des personnes dans la file d’attente, le Président du Centre d’Inscription leur remet un jeton en vue de leur enrôlement pendant le temps supplémentaire. Pendant cette période, le Centre d’Inscription reste ouvert à cette catégorie des électeurs.

Après la fermeture définitive, les Centres d’Inscription seront ouverts uniquement pour recevoir et traiter les recours pendant une période de 7 jours suivant l’affichage de la liste partielle du dernier jour. Au-delà de 7 jours, le recours sera rejeté.

3.5.     Qui peut faire une réclamation au Centre d’inscription ?

Toute personne qui s’estime lésée à l’occasion des opérations de révision du fichier électoral peut formuler un recours pour se faire rétablir dans ses droits.

L’auteur de la réclamation peut être :

–          La personne dont l’inscription sur la liste a été refusée;

–          La personne dont le nom sur la liste a été omis;

–          Le demandeur de changement d’adresse ou d’autres modifications qui n’ont pas été prises en compte.

3.6.     Auprès de qui faire une réclamation ?

Les réclamations sont adressées au Président du Centre d’inscription (PCI) qui statue sur les réclamations et contestations, après concertation avec les autres membres du Centre d’Inscription.

En cas de non satisfaction le plaignant peut s’adresser à une assistance judiciaire compétente.

3.7.     Quels sont les différents cas de recours possibles à formuler par les électeurs au centre d’inscription?

Il peut s’agir :

–          d’un recours pour correction lorsque une inscription contient des erreurs matérielles ou lorsque le nom d’une personne inscrite n’apparaît pas sur la liste album affichée;

–          d’un recours pour inscription lorsque l’inscription a été refusée à un requérant qui estime remplir les conditions exigées pour être électeur ;

–          d’un recours pour radiation d’un électeur inscrit lorsque cette inscription est contestée par toute autre personne ou lorsqu’un tiers a sollicité et obtenu radiation d’un électeur décédé.

IV.QUESTIONS SOULEVEES

–          Que doit faire un pygmée qui veut de faire élire ? Quelles stratégies doit-il mettre en place ?

–          Que faire de quelqu’un qui refuse de se faire enrôler malgré toute notre insistance ?

–          Les personnes privées de leurs droits civils et politiques ne peuvent pas voter. Quels sont ces droits civils et politiques ?

–          Peut-on postuler lors des élections alors qu’on n’a pas de diplôme ? Leader, c’est celui qui a nécessairement un diplôme ?

–          Où en est-on avec le plaidoyer des ONGs qui sont allés voir le gouverneur de province pour obtenir des fonds en vue de la scolarisation des enfants pygmées ?

V.RECOMMANDATIONS

A l’issue des discussions suffisamment animées, les participants et les participantes ont formulé les recommandations ci-après :

1.       Prévoir un dépliant-synthèse en langue locale qui reprend l’essentiel des éléments débattus lors de la séance ;

2.        Prévoir des fonds pour soutenir les futures candidatures des leaders pygmées lors de la campagne électorale ;

3.       Revenir avec d’autres séances de sensibilisation adaptées à la feuille de route des élections attendues, sauf imprévu, pour cette fin de l’année en RDC ;

4.       Les responsables des groupements pygmées doivent veiller à associer des membres capables d’assurer une bonne restitution des enseignements ;

5.       Aller mener un plaidoyer auprès du bureau de la CENI à Katana pour qu’on facilite l’enrôlement des pygmées ;

VI.CONCLUSION

En définitive, les participants ont exprimé toute leur gratitude à l’UEFA et à ses bienfaiteurs et ont promis d’aller se faire enrôler pour participer à la vie démocratique de la RDC. Ils ont trouvé que de telles séances contribuent véritablement à leur éveil civique et politique et ont pris l’engagement de sensibiliser les membres de leur communauté.

 

One thought on “Rapport de la séance de sensibilisation en faveur des peuples autochtones pygmées du territoire de kabare au sud-kivu

  1. Bonjour UEFA je suis très content de votre article sur la loi électoral, vous avez fait un grand travail. Je vous encourage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *